31 femmes du cinéma camerounais : Françoise Ellong, la capitaine

L’ancienne responsable de la programmation du Festival Ecrans Noirs mène l’équipe féminine du cinéma camerounais à travers ses films de haute facture, son blog lefilmcamerounais.com et la cérémonie de récompenses, les LFC Awards.

Impossible de sélectionner les onze entrants de l’équipe féminine du cinéma camerounais sans faire appel à celle qui porte le brassard, Françoise Ellong. La réalisatrice et scénariste de 32 ans défend les couleurs du pays depuis quelques années. Elle a fait son entrée en grande pompe avec son premier long métrage intitulé « W.A.K.A ». Ce drame porté par son ami de longue date, Bruno Henri, et les acteurs camerounais Alain Bomo, Patricia Bakalack et Lucie Memba, a été auréolé du Prix spécial du jury au festival de Khouribga au Maroc en 2013 et du Dikalo Award d’encouragement pour une première œuvre de long-métrage au Festival panafricain de Cannes la même année. Il a également servi de film d’ouverture au Festival Ecrans Noirs en 2013. Preuve de la qualité de cette fiction et de l’intérêt que le public lui a accordé. « Frannie », comme l’appellent affectueusement ses proches, fera son retour au Cameroun après cette première réussie et lancera quelques années après lefilmcamerounais.com, la première plateforme digitale d’informations dédiée au cinéma camerounais. Ceci, pour promouvoir les œuvres de son pays et permettre au public d’être informé en temps réel sur les appels à films, les castings, les films en production, les programmes de projection des films en salle, et bien d’autres. Ce qui lui a permis d’avoir une certaine autorité dans le milieu.

Françoise Ellong intègre par la suite l’équipe du Festival Ecrans Noirs en 2017, en qualité de responsable de la programmation de cette grand’messe du cinéma africain. Elle y passera trois années avant de poser le clap de fin de cette aventure aux cotés de Bassek ba Kobhio.
Bien avant son départ, la réalisatrice de « Big woman don’t cry » a mis sur pied la première cérémonie de récompenses dédiée aux cinéastes camerounais intitulée les LFC Awards. L’histoire retiendra d’ailleurs que le premier prix de ce rendez-vous inédit a été décerné à titre honorifique à son mentor, Bassek ba Kobhio.
Toujours au four et au moulin, quand elle ne tourne pas ses propres films, Françoise Ellong écrit des scénarii pour les autres. Il y a une semaine encore, elle a coréalisé un épisode de la série « Forces Spéciales Africaines » du Marocain Mohammed Ahed Bensouda. Série dans laquelle on retrouve les acteurs camerounais, Axel Abessolo et Stéphanie Tum. La promotrice de la « société de distribution d’œuvres cinématographiques et audiovisuelles de talents basés et issus du continent africain », baptisée Muna Moto Films, vient de boucler le tournage de son long métrage « Enterrés ». Elle a déclaré lors de la dernière édition des LFC Awards qu’elle souhaiterait créer un fonds qui permettrait aux Camerounais de réaliser leurs films.
Françoise Ellong est née le 4 février 1988 à Douala où elle fera ses premiers pas à l’école. Selon le site africine.org, c’est à 11 ans dans la ville de Brunoy en France qu’elle a écrit sa première histoire qui ne laissera pas son entourage indifférent. Elle va participer au concours du jeune écrivain francophone en 2002, qui, au bout de quelques années, la redirige vers le scénario, car selon les responsables de ce concours, son écriture est trop imagée. Elle fait ses premiers essais au cinéma en 2006 à travers le court métrage expérimental « Les Colocs ». Puis, elle signe bien d’autres films. Notamment, « When Soukhina disappeared »« Dade »« Now and them »« Nek »« Miseria »« At Close Range »« Joue avec moi ». Sans oublier son court métrage « Ashia », en sélection officielle au Fespaco 2017.
Françoise a également laissé des marques en littérature. Elle est l’auteure du roman « Journal Intime d’un Meurtrier », publié aux Editions Publibook.

Articles en relation