fr1 en1 
  • Home
  • Actu
  • La série « Guerre des sexes » enflamme la toile

La série « Guerre des sexes » enflamme la toile

La bande annonce et le premier épisode de cette série réalisée par le Camerounais Simon William Kum déchaînent les passions.

GuerreDesSexes

Les Sénégalais sont en guerre contre la série camerounaise « Guerre des sexes ». Non pas avec des armes et munitions, mais à travers des commentaires désobligeants sur la toile. La bataille a été lancée le 18 juillet 2020, à la suite de la diffusion de la bande annonce de cette fiction sur la chaîne Youtube de la maison de production sénégalaise « Marodi Tv ». Les internautes du pays des « lions de la Téranga » ont crié au scandale et l’atteinte à la pudeur en se basant sur la dénomination de la série. « Marodi Tv, vous voulez participer à la perversion de la jeunesse ou quoi ? Votre rôle est de sensibiliser la société à travers les séries », « La guerre de quoi ? soubannallaye ! », « Nous ne voulons pas de cette série dont le simple nom évoque l’obscénité », ont-ils clamé sur la chaîne Youtube de Marodi Tv.

Basilia Ngako Hervé Nguetch
Des avis, heureusement pas partagés par l’ensemble des abonnés de cette maison de production suivie par des millions de personnes. « C’est du grand n’importe quoi. Il faut que les Sénégalais acceptent les différences », s’est indigné le réalisateur ivoirien, Olivier Koné. Même son de cloche pour d’autres cinéphiles qui ont réagi à cette publication. « Je ne savais pas que les Sénégalais étaient aussi xénophobes », « Trop d’hypocrisie. Quand ce sont les Télénovélas, vous regardez en prenant du plaisir », « Pourquoi les Sénégalais sont frustrés ? Il n’y a pas un seul mot wolof dans cette série et aucun Sénégalais. Marodi Tv est suivie par des cinéphiles de plusieurs nationalités. Soyez contents qu’une entreprise sénégalaise arrive à ce stade et séduise d’autres pays », ont lancé les mobinautes.
D’autres ont d’ailleurs salué le fait que Marodi Tv diffuse la bande annonce de cette série camerounaise. « Super le partenariat international. C’est louable que Marodi Tv permette que sa popularité serve à faire connaitre des productions d’ailleurs, comme c’est le cas avec cette série camerounaise. Cela permet de découvrir d’autres cultures et styles de vie. La diversité enrichit dans tous les cas », peut-on lire sur Youtube.

Guerre des sexes affiche

Au-delà du Sénégal, « Guerre des sexes » a également créé un tollé au Cameroun. De nombreux cinéastes se sont indignés suite au baiser langoureux entre les acteurs Thérèse Ngono et Charles Veillance dans cette série. Le sujet était au centre des débats dans plusieurs groupes et fora dédiés au cinéma. 
Les internautes ont finalement eu gain de cause. La bande annonce de la série a été supprimée le 19 juillet vers 18heures, créant la polémique et une division entre les pro et les anti-Guerre des sexes. Une situation qui nous rappelle la série « Maîtresse d’un homme marié » qui a créé de vives protestations. Certaines ONG ont d’ailleurs porté plainte contre Marodi TV pour atteinte à la pudeur et dépravation des mœurs. En attendant le dénouement de cette deuxième série de Simon William Kum, nous rappelons aux internautes qu’il ne s’agit pas du sexe comme organe génital, mais plutôt du genre. « Dans Guerre des sexes, nous braquons les projecteurs sur des femmes fortes, avec leurs qualités et défauts. Des dames qui sont prêtes à tout pour rompre avec la suprématie masculine. Cette série raconte l’histoire de cinq femmes qui s'en sortent plutôt bien, mais font face à plusieurs préjugés du fait de leur sexe », a précisé le réalisateur. Il s’agit donc d’un plaidoyer pour l’émancipation de la femme. « La femme ne doit pas être limitée au rôle de ménagère » a conclu Simon William Kum, avant de nous accorder une interview à ce propos.

 

Casting
- Katio: Hervé Nguetch puant
- Coco: Basilia Ngako
- Feussi: Brat Dominique Ndomo
- Paloma: Passy Ngah
- Ebelle: Éric Blandin Djeumi
- Fanta: Ladouce Messode
- Kotto: Hervé Gabriel Ngwet
- Nana: Marelle Dibondo
- Dimishi: Charles Veillance
- DeutchaBibi: Thérèse Ngono

Retrouvez l'interview avec Simon William Kum en cliquant ici 

 

Maimounatou BOURZAKA