fr1 en1 
  • Home
  • Les gens
  • 31 femmes du cinéma camerounais : Lucie Memba Bos, quand talent rime avec glamour

31 femmes du cinéma camerounais : Lucie Memba Bos, quand talent rime avec glamour

L’actrice et productrice crève l’écran depuis quelques années par la qualité de ses performances et son élégance.

Lucie Memba

Dans la shortlist des cinéastes qui portent valablement les couleurs du Cameroun autant sur le plan national qu’à l’étranger, Lucie Memba Bos est en pole position. L’actrice est la première Camerounaise à être nominée dans la catégorie de la meilleure interprétation féminine aux Trophées francophones du cinéma. Elle ne cesse d’impressionner par sa performance à travers les différents personnages qu’elle incarne au cinéma. On se souvient encore de ses prestations remarquées dans « Le Blanc d’Eyenga 2 » et « La patrie d’abord » de Thierry Ntamack où elle a émerveillé les cinéphiles à travers ses répliques et ses tenues à couper le souffle. Lucie Memba n’impressionne pas que devant la caméra, elle a également produit et coproduit bien de films à succès. Notamment, « La patrie d’abord » et « Nta napi », ainsi que la série « Paradis… Quand le destin s’en mêle » d’Ousmane Stéphane et Sergio Marcello qui a fait le bonheur des téléspectateurs de Canal 2 International. Le dernier film en date produit par son label LMB Prod est actuellement en post-production. Il s’agit de « Le char des dieux », réalisé par Anurin Nwunembom.

Lucie Memba Bos
Pourtant, rien ne la prédestinait au septième art. Originaire de la ville de Dschang dans la région de l’Ouest, cette reine des plateaux passe son enfance à Bafoussam, explorant ses passions : la danse et le mannequinat. Elle va d’ailleurs décrocher la couronne de Miss Ouest en 1992, dans le cadre du concours Miss Cameroun. Après ses études, elle prend quartier à Douala et travaille au département marketing d’une multinationale de la place. C’est le réalisateur Ousmane Stéphane, qui la conduit pour la première fois sur un plateau. Dans son casting, elle a le rôle principal. Ce premier essai va déclencher le virus du cinéma qui sommeillait en elle.
En 2008, celle dont le talent ne laisse personne indifférent décide de devenir actrice à plein temps. D’un plateau à l’autre, Lucie Memba Bos se retrouve à l’affiche de plusieurs séries, publicités, ainsi que des longs et courts métrages. Il s’agit entre autres de « Ntah Napi » et « Paradis… Quand le destin s’en mêle » de Ousmane Stéphane et Sergio Marcello, « Le Blanc d’Eyenga 2 » et « La patrie d’abord » de Thierry Ntamack, « Fast Life » de Thomas Ngijol, « Pink Poison » et « Defyinth the 6th » de Neba Lawrence, sans oublier « W.A.K.A » de Françoise Ellong. Elle est également à l’affiche du dernier film de cette dernière intitulé « Enterrés ». Au-delà de son charme, Lucie Memba dispose de nombreux autres atouts. Notamment, son bilinguisme. Son admiration pour les actrices nigérianes Genevieve Nnaji et Omotola Jalade l’a amené à perfectionner son anglais. Toute chose qui lui a ouvert les portes de Nollywood où elle a travaillé sur bon nombre de projets à savoir : « Far » de Ikechwukwu Onyeka. Celle qui s’identifie à Joséphine Ndagnou, célèbre visage du cinéma camerounais, compte plusieurs distinctions. On peut citer les prix de la meilleure actrice au Cameroon Film Festival 2017 et aux Cameroon Movies Merit Awards 2013.

lucie memba 2
Lucie Memba ne s'impose pas qu'à l'écran. Cette entrepreneure est également une reine sur les réseaux sociaux où elle cumule plus de 100 000 followers. Après avoir créé sa propre maison de production baptisée Lmb Prod en 2014, elle a ouvert un magasin de vêtements baptisé « La fée Lucie » dans un quartier huppé de Douala où elle commercialise des tenues faites à base de pagnes africains. Malgré ce succès qui inspire bon nombre, la cinéaste classée parmi les préférées des internautes est en quête perpétuelle de connaissance. C’est pour cette raison qu’elle n’hésite pas à participer aux master class et à s’entourer des meilleurs cinéastes du monde. Epouse et mère, Lucie Memba Bos est fan de sport et de lecture.

  

Maimounatou BOURZAKA